17septembre2014

Tags, graffitis et affichage sauvage

Dépôts et affichages sauvages, graffitis, dégradation des coffrets des concessionnaires… la pollution visuelle est bien une réalité et nuit au quotidien à l'esthétisme de la ville.
 
  • 12 zones d'affichage libre sont réparties sur toute l'agglomération et mises à disposition des citoyens.


Rue du Professeur Roux, Rue de la Côte Cabiche, Quai de Dogneville, Faubourg d'Ambrail, Chalet du Cours, Centre Social de Bitola, MJC Saint-Laurent, Centre Léo Lagrange, Rue Notre-Dame de Lorette, Rue Saint-Michel, Plateau de la Justice, Plateau de la Vierge.
En dehors de ce réseau, tout affichage reste strictement interdit sur l'ensemble du territoire communal et soumis à contravention.

affichage libre

  • Une équipe spécialisée « anti-tags »

Un mur d'expression est à disposition des artistes au skatepark côte Cabiche.
Concernant les tags et graffitis « sauvages », 2 agents sont spécialement affectés à la lutte de cette pollution visuelle et passent 50% de leur temps de travail à retirer les graffitis sauvages avec une hydrogommeuse, machine qui permet « d'effacer ».
Chaque mètre carré traité coûte 16 € à la collectivité.

tag1

  • Chewing-gums et étiquettes

En plus des tags, l'équipe spécialisée a dû prendre en charge le décollement de plus de 600 étiquettes autocollantes l'an passé.
En ville, plus de 2000 corbeilles sont à disposition pour y jeter mégots de cigarettes, papiers, plastiques, chewing-gums…
Néanmoins, 2 fois par an les services de la Ville doivent nettoyer les rues piétonnes du centre ville en utilisant de l'eau chaude pour éliminer les chewing-gums.

  • Dépôts sauvages

Un ramassage d'objets encombrants (meubles, matelas, appareils électroménagers...) est organisé par le SICOVAD une fois par an. Vous pouvez également les déposer dans l'une des 10 déchetteries du SICOVAD. - Plus d'infos ici

depot sauvage

 

Le saviez-vous ?. La Ville peut intervenir gratuitement auprès des particuliers pour les tags. Pour toute intervention sur le domaine privé, une demande écrite est nécessaire. Les interventions sont limitées à une hauteur de 3 mètres et à des supports visibles et accessibles du domaine public.