23août2014

Les champs Golot

La traditionnelle fête des Champs Golot organisée par la Société des Fêtes en partenariat avec la Ville d’Epinal se déroule en mars de chaque année.

champs golot

 En patois local, l’expression « lé chan golo » signifie que les champs « coulent ». La neige en fondant  alimente les rigoles (les « rayes » ou « rayottes ») qui sont gorgées du trop-plein d’eau : les enfants peuvent alors faire voguer toutes sortes de bateaux de fortune sur lesquels sont allumés des bouts de chandelles. A l’origine, cette tradition se plaçait toujours au soir du jeudi saint.

champgolot2014

Champs golot 2014

L’origine de cette fête

On dit que lorsque Charles Le Téméraire assiégea la ville en 1475, les Spinaliens parvinrent, grâce à des brûlots confiés au fil de l’eau, à incendier les barrages établis en aval sur la rivière… et que, pour célébrer l’anniversaire de cet événement heureux, l’usage des petits bateaux illuminés se serait établie.

Une autre version, plus poétique, rattache cette tradition à  la joie des habitants à fêter la fonte des neiges, à jeter dans les ruisseaux les sabots ainsi que les boîtes de fromage, met principal dans le pays vosgien durant la dure saison hivernale.

La chanson des Champs Golot

C’est pour dire adieu aux veillées, pour inaugurer le retour d’une saison riante, pour proclamer l’abolition de l’abstinence et du jeûne, qu’à Epinal, le jeudi saint, le ruisseau de la rue de l’Hôtel-de- Ville se couvre à la brune (crépuscule) de toutes ces nefs étincelantes, et que la chanson traditionnelle des Champs-Golot est répétée en choeur par la population.

En ancien patois

lé chan golo                                       les champs coulent

lé lour relo                                         les veillées s’en vont

Pâques revié                                      Pâques revient

Ço i gran bié                                      c’est un grand bien (bis)

Pou lé chette et pou lé chié                pour les chats et pour les chiens

Pou lé jo tot aussi bien                       pour les gens tout aussi bien

 

Au fil du temps, la rue de l’Hôtel de Ville a restauré ses pavés, a aménagé des trottoirs et fait disparaître ses ruisseaux et pour conserver une des plus vieilles et plus amusantes coutumes, un bassin est édifié chaque année rue Général Leclerc.

Le jury composé de membres de la Société des Fêtes d’Epinal examine sous toutes les coutures l’embarcation faite de bric et de broc, et s’intéresse à l’originalité, l’éclairage, l’esthétique et surtout la flottabilité de l’esquif.